Archives mensuelles : octobre 2017

Etre parent ….tout un programme !

admin Posté le 24 octobre 2017
Posté dans Événements

atelier parents

Commentaires fermés

Intervenants

admin Posté le 10 octobre 2017
Posté dans Intervenants

Florence Levadoux : Présidente

Cosette Dubois : animatrice au planning familial attentive et généreuse.

Martine Monfort : formatrice et accompagnante, elle sait écouter et entendre !

Nelly Alonso : infirmière, esthéticienne naturopathe, les plantes n’ont plus de secret pour elle !

Christelle Mestre : CCRT- Formatrice et consultante en relations humaines, attentive et passionnée par la Méthode ESPERE (Jacques Salomé )

Marie-Christine Lacoumette : CCRT- CU de pédagogie existentielle, relations saines et gestion des émotions, formée aux méthodes ESPERE et TIPI, Psychogénéalogie (généalogie intuitive)

Malika Petit : master éco tourisme, passionnée par les différentes formes de pédagogie, elle est fan de rando et de nature !

Anette Cyran : elle parle vraiment à l’oreille des chevaux. shiatsu homo sapiens et equus

Kerstin Chavent : enseignante en langues étrangères et formatrice en communication. Auteure de deux ouvrages « La maladie guérit  » et « traverser le miroir ».

Raphaële Claerhout : kinésiologue spécialisée.

Martine Monfort : formatrice

Nathalie Rateau : formée au coaching en abondance financière, numérologue et artiste.

Gilbert Hermantier : maçon cuisto : roi de la déco, il sait aussi faire chanter vos papilles !

Alexandre wesphal : n’a pas son pareil pour vous faire découvrir les bons vins ……ceux qui parlent du terroir et qui flattent le palais.

Commentaires fermés

salle le Toucan

admin Posté le 10 octobre 2017
Posté dans photos
salle leToucan

salle leToucan

Commentaires fermés

la médit’soupe du 5 octobre QUELLE IMAGE AVEZ VOUS DE VOUS-MÊME ?

admin Posté le 5 octobre 2017
Posté dans Actualités

 

L’image de soi

 

Le début de cette année a été marqué par la mort de Guy Corneau, grand psychanalyste et auteur, devenu célèbre par son livre Père manquant, fils manqué. Il n’avait pas 66 ans.Comment est-il possible qu’un homme qui était une référence en équilibre émotionnelpour des millions de gens, qui a derrière lui un grand chemin de guérison et qui a su mettre en lumière beaucoup de ses zones d’ombre, succombe si vite à la maladie ? Il n’est pas mort du cancer dont il témoigne dans son livre Revivre. Il a survécu et même guéri ce cancer du grade 4, c’est à dire en phase terminale, qu’on lui avait diagnostiqué en 2007. Il est mort 10 ans plus tard d’une maladie auto-immune qui avait attaqué son cœur. Son décès est survenu en moins de deux jours. Seulement deux semaines avant lui, sa sœur, l’artiste peintre Corno est décédée d’un cancer de la gorge. Ledrame avait frappé toute une famille.

 

Cet homme beau, talentueux, innovateur et séducteur qui a marqué toute une génération est allé au fond de lui-même pour éclaircir son histoire avec son père. Il s’est enfin réalisé en tant qu’artiste avec sa pièce L’amour dans tous ses états qui a été inaugurée en 2016 à Paris au théâtre Les feux de la rampe. Guy Corneau aenfin donné forme à son rêve et il est monté sur scène. Il s’estainsi libéré de certaines limites de son éducation, surtout de celles que lui avait imposées son père en voulant faire de lui un professeur d’université. Il avait senti que sonâme aspirait à s’exprimer autrement. Avec lucidité et persévérance,il a levé l’ancre qui l’attachait aux attentes familiales. Le mal a été dit. Les blocages étant levés, le corps avait retrouvé la santé. Comment était-il alors possible que la mortemporte de manière aussi inattendue la vie de cet homme? Certes, nous allons tous mourir un jour. Mais si l’équilibre, l’harmonie et la mise en lumière de ses zones d’ombre sont synonymes de bonne santé, quelles pourraient être les blessures qui n’ont pas étéex-primées, c’est-à-dire transportées vers l’extérieur du corps ?

 

La maladie se crée dans l’espace entre nous et nous-mêmes, disait Guy Corneau. Nous pourrions peut-être préciser : La maladie se crée dans l’espace entre l’image que nous voulons donner de nous et qui nous sommes vraiment. Il paraît que l’homme qui a su se séparer des attentes du père ne s’est pas libéré des blessures que lui avait imposées sa mère. Une femme frustrée et violente qui battait ses enfants chaque jour quand ils rentraient de l’école. Jamais il ne savaient à quoi s’attendre : des crêpes ou des coups. Ce n’étaient pas que des claques. Plusieurs fois par semaine, l’enfant sentait sa mère s’acharner sur lui. L’adulte est resté le gentil Guy qui ne dit rien. Le nice guyn’a jamais osé devenir le mauvais Guy, le bad guy. Il est resté celui qui voulait plaire à sa maman. Le petit enfant qui sourit à sa mère à travers ses larmes est devenu le grand séducteur qu’il était et qui n’a jamais pu vivre une relation stable et durable avec une femme. Comment aurait-il pu faire confiance ?

 

Nos parents sont les premiers êtres à qui nous voulons plaire dans le monde. Notre survie en dépend. Nous nous entraînons donc à nous comporter en fonction des attentes de nos parents, notre famille, notre clan, et très vite, nous ne nous demandonsplus si notre comportement correspond à nos besoins et à nos désirs. L’objectif est de faire de nous des enfants sages, de bons élèvesqui s’adaptent bien aux exigences du système dans lequel nous évoluons. C’est comme si nous naissions touten brouillon, des gribouillis qu’il faut toujours corriger pour faire un meilleur dessin. Rares sont ceux qui ont entendu pendant leur enfance qu’ils sont très bien comme ils sont. Qui a eu la joie d’entendrequ’il était un petit être parfait et qu’il n’avaitrien à faire pour s’améliorer ?Si nous avons à grandir, à apprendre et à entraîner certaines de nos capacités, cela ne veut pas dire que nous sommes nés imparfaits. Personne ne se pose la question de savoir si une fleur, un nuage ou un paysage est imparfait. Mais nous, humains, nous avons à nous tordre dans tous les sens pour devenir autrement : plus performants, plus séduisants, plus puissants. Dans notre civilisation, notre éducation ne nous montre pas comment nous pouvonsdé-couvrirl’êtrequi nous habite : enlever les couches, les masques, les armures, les attentes qui pèsent sur nous pour voir plus clair. Au fond, nous n’avons peut-être rien à apprendre. Nous avons juste à faire des expériences.

 

En accord avec notre éducation, l’image que nous avons de nous est plus ou moins trouble. Sans en avoir conscience, nous construisons notre personnalité en fonction de toutes sortes de croyances : si je ne suis pas gentil, si je ne me dépêche pas plus, si je ne mets pas les besoins des autres avant les miens, si je fais confiance à mon ressenti, si je ne me bats pas, …. je ne serai pas aimé(e). Alors nous passons notre vie à vouloir ressembler à l’image que nous voulons donner de nous, ou plutôt à l’image que nous croyons que nous devons donner aux autres pour qu’ils nous acceptent. Nous nous comportons de façon à ce que l’on nous prenne pour des gens acceptables : tolérants, ouverts, généreux, souples, forts, serviables, justes, fiables, … Personne n’a envie qu’on pense du mal de lui et nous voulons tous servir à quelque chose. Même le tortionnaire se met encore au service d’une bonne cause. La planète est peuplée de beaucoup de gens qui font de leur mieux.

 

D’où viennent alors la souffrance et le mal ? Si nous voulons tous apparaitre sous la meilleure lumière possible, comment se fait-il qu’il y a autant de problèmes dans ce monde et autant de disputes entre les personnes, surtout entre celles qui s’aiment et qui ne souhaitent qu’on les respecte ? Au fond, nous voulons tous la paix, l’amour et l’harmonie. Ne suffit-il pas de les demander ? Il est aujourd’hui à la mode de confier ses vœux à l’univers comme si l’on passait commande au supermarché : envoyez-moi de la confiance en moi, de l’abondance et l’amour de ma vie. Suffirait-il d’y croire pour que le désir se convertisse en réalité ? Nous avons tous constaté que cela ne marche pas. Il n’y a pas de formule magique et personne là-haut ne nous distribue de bons points. On nous envoie autre chose : les disputes entre proches, les voisins énervants, les mauvais conducteurs, les accidents de la vie. Ils nous tapent sur les nerfs, nous mettent en colère, nous rendent tristes, nous dégoûtent, nous mettent hors de nous. Ils ne veulent pas comprendre que nous ne sommes pas ceux qu’ils pensent. Nous faisons tout pour qu’ils nous voient comme nous pensons qu’ils devraient nous voir, mais eux ne captent pas. L’image que nous voulons donner de nous ne colle pas. Il n’y a rien à faire.

 

Si. Peut-être. Nous pourrions essayer de décoller l’image que nous voulons donner de nous. De toutes façons, nous ne pouvons jamais contrôler le bout de notre relation que l’autre tient entre ses mains. Nous pourrions alors essayer de faire le deuil de cette belle idée de paraître toujours généreux, aimant, doux, fort, tolérant, ouvert… Si la lame de l’autre nous blesse et nous heurte, il touche quelque chose en nous que nous ne voulons ou ne pouvons pas voir. Mais cette chose est en nous, sinon le geste ou le mot de l’autre ne nous toucherait pas. Ce n’est pas lui qui met nos émotions en nous. Elles sont déjà là. S’il touche une zone sensible, il est allé au cœur de la chose. Egoïste, têtu, insensible, lâche, distrait, petit, radin, jaloux, impatient, fait-rien – MOI ! ?Plus la résistance est forte, plus l’autre a touché ce qu’au fond de nous nous redoutons le plus, ce que nous voulons cacher à tout prix. Nous croyons qu’on ne pourrait plus nous aimer si jamais cela se savait. C’est là que nous faisons fausse route.

 

Nous avons tous en nous tout et son contraire. Dans le monde dans lequel nous vivons, le grand n’existe pas sans le petit, le haut sans le bas, la clarté sans l’obscurité. Ce sont les deux faces de la même pièce. Si je n’accepte pas que je peux aussi être ce que je ne veux pas, je ne pourrai jamais être ce que je veux. Quand l’autre met le doigt sur quelque chose qui me heurte, c’est alors une invitation à ouvrir les yeux.Dans une dispute, nous le sentons immédiatement : si je lâche mes attentes et mes réticences, si je dis oui, je peux être cela aussi, tout se calme. Petite, faible, basse – je ne suis pas une mauvaise personne. Je suis un être humain qui a hérité de la totalité de ce qui existe. J’ai juste à l’accepter et à arrêter de balancer sur les autres ce que je ne veux pas en moi. L’image deviendra alorsplus claire quand je laisse les choses être, comme dans un verre d’eau au fond duquel la boue se pose.

 

Ce n’est pas une mince affaire : accueillir, accepter, ne pas résister à ce qui se présente, surtout parce que notre société a pris le chemin inverse. Nous avons avant tous appris à contrôler, supprimer, manipuler et dominer. Observer, contempler, prendre note, nous laisser traverser par l’expérience et prendre conscience de son goût – nous ne savons pas bien faire. C’est peut-être le plus grand défi de notre époque tumultueuse, une des plus grandes transitions que l’humanité n’ait jamais vécue : arrêter de mettre notre empreinte sur tout et commencer à nous laisser toucher. Le goût peut être amer, acide, piquant, brûlant. Il peut mettre en désordre nos entrailles. Mais il est juste à prendre. Cela passera. Vivre, cela signifie prendre corps, c’est-à-dire s’incarner, pour traverser la matière. Parfois elle est dense, aride, obscure, mais il y aura forcément quelque chose d’autre après. C’est comme si nous passions en permanence par des tunnels et de nouveaux espaces. Notre condition humaine nous appelle à faire ces expériences. Nous avons juste le choix de dire non ou oui.

 

Pour mieux accepter, il n’y a pas de recettes mais des outils qui aident à traverser, encore et encore. Ils sont présentés ici, un jeudi par mois autour de la médit’soupe et lors des ateliers et conférences tout au long de l’année. Méthode ESPERE, Tipi, généalogie intuitive, empreinte de naissance, numérologie, kinésiologie, tables familiales, cercles de pardon, bâton de parole, Ho’oponopono, braingym, EFT, lettres hébraïques, … autant de chemins pour s’approcher un peu plus de l’être que nous sommes, cette essence derrière les apparences, les masques de la personae qui se trouve déguisée sur scène, l’image que nous voulons donner de nous et qui n’est que le reflet de nos illusions. Chaque fois, nous portons un peu plus de lumière dans cet espace entre nous et nous-même, et chaque fois, nous contribuons un peu plus à cette paix intérieure tant nécessaire non seulement pour notre santé individuelle, mais aussi pour la santé de notre monde. Chaque fois, le voile se perce un peu plus. C’est cela le sens du mot Apocalypse.

 

Kerstin Chavent, médit’soupe octobre 2017

 

médit'soupe 5 oct 2017

Commentaires fermés